Paroles

deuxième quadrimestre 2017

Dimanche 2 juillet 2017

 

Père Marc PiallatRendons grâce pour les 50 ans de notre diocèse. Les différentes manifestations et célébrations nous ont recentrés sur l’essentiel : chaque baptisé prend part à la prière, à la louange, à la célébration, à la solidarité fraternelle et à l’évangélisation.

Cette année pastorale a été l’occasion de recevoir des fruits de l’Esprit sans lesquels nous ne pouvons pas entretenir le feu de la foi, de la charité et de l’espérance. Faire mémoire de 50 ans d’existence c’est rendre grâce pour le travail accompli par les laïcs, les prêtres et les évêques qui ont tant donné pour que nous puissions continuer leur œuvre à la suite du Christ. Ce même Esprit qui envoie les apôtres dans le monde permet aussi aux disciples de notre temps de se reposer, de se rencontrer, de découvrir d’autres cultures. Il y aussi celles et ceux qui restent à cause de leur âge, de leur maladie ou par manque de moyens. Prenons du temps les uns pour les autres, demandons au Seigneur de susciter en nous des paroles et des actes de charité en tout lieu, en toute circonstance.

"Esprit Saint, source de toute paix, viens en chacun de nous pour que nous soyons unis dans un même amour" (Mgr Aupetit, La prière du diocèse).

Bel été dans la paix et le ressourcement sous le regard de Marie.

P. Marc Piallat
 

Dimanche 11 juin 2017

LES 50 ANS DU DIOCÈSE

 

Illustration

LA PRIÈRE DES 50 ANS

Dieu notre Père,
tu as envoyé ton Fils,
ta Parole éternelle venue en notre chair,
pour qu’à son image nous devenions tes enfants.

Donne-nous cet esprit d’enfance qui nous fait accueillir ta volonté avec une totale confiance.

Jésus,
toi qui es le Christ,
notre Seigneur,
tu as édifié ton Église sur les apôtres que tu as choisis.

Regarde notre diocèse qui depuis 50 ans porte le Salut que tu offres au monde et donne lui,
aujourd’hui et demain,
la fécondité qui ne vient que de toi.

Esprit Saint, source de toute paix,
viens en chacun de nous pour que nous soyons unis dans un même amour.

+ Mgr Michel Aupetit

Le diocèse de Nanterre a été créé en 1966 à partir de territoires qui dépendaient des diocèses de Paris et Versailles. Le 9 octobre 2016, notre évêque, Monseigneur Michel Aupetit, a ouvert une année jubilaire pour fêter les 50 ans du diocèse. Cette année, riche en évènements, se terminera le dimanche 11 juin par une journée de fête et de prière.

"Saint Ignace d’Antioche écrivait « Là où est l’évêque, là est l’Église ». Le 11 juin 2017, je serai au stade Yves du Manoir à Colombes pour « jubiler » avec tout le peuple chrétien des Hauts-de-Seine et fêter les 50 ans de notre cher diocèse de Nanterre.

Dans la joie et le dynamisme qui le caractérisent, nous entourerons les 300 adultes qui recevront la confirmation au cours de la messe et nous nous retrouverons tous ensemble pour un temps de partage et de fête.

Cette belle journée sera un moment de communion exceptionnel pour tous les diocésains et pour tous ceux qui souhaiteraient simplement s’associer à notre jubilation."

+ Michel AUPETIT
Évêque de Nanterre
 

Dimanche 4 juin 2017

"Éducation et justice :
quelle justice éducative pour les
Pygmées Ndenga de la République Démocratique du Congo"

 

Illustration

Cette recherche s’effectue dans le cadre de la philosophie politique appliquée à partir des données en vue de proposer une solution politique et globale à une situation particulière jugée extrême. Telle que la pauvreté extrême, les discriminations et les injustices. Ainsi, la situation des pygmées Ndenga de la RDC servira de cas de référence pour cette recherche.

Recourir aux faits et aux contextes ne signifie pas s’installer dans l’immanentisme, mais il s’agit de prendre le point de départ à partir des faits sur lesquels une action politique pourrait être envisagée ; pour se fixer des agendas et des priorités en vue de faire face aux situations d’injustice. La priorité doit être dégagée à partir du secteur de la vie, incluant la privation des ressources et de pouvoir sur la vie des indignés, les plaçant aux limites de l’humain et de l’inhumain, nécessitant la mise en place des agendas politiques et sociaux susceptibles d’améliorer leur qualité de vie. La priorisation des agendas nous amène logiquement à identifier et à prioriser l’éducation sur les autres inégalités, comme constituant, l’un des droits humains les plus fondamentaux et dont l’accès doit être garanti à tous, mais qui reste inaccessible aux pygmées Ndenga.

En République Démocratique du Congo, l’éducation est organisée à partir de principes fondamentaux de justice du type de ceux des théories contemporaines de la justice (ex principiis). Lesquels principes privilégient l’égalité des chances tout en ignorant largement les injustices qu’ils génèrent, en excluant une bonne partie des Congolais de l’éducation, plus spécialement les plus démunis, notamment les Pygmées Ndenga.

L’objectif poursuivi par cette thèse est de proposer une approche juste et équitable, capable de faciliter l’accès de tous les Congolais à l’éducation. Pour ce faire, il faudra soit, proposer une autre théorie idéale de la justice éducative capable de prendre en compte les injustices et les inégalités subies par les plus vulnérables et les plus démunis, en l’espèce les Pygmées Ndenga. Soit, changer de démarche, en s’engageant dans une philosophie politique appliquée partant des données de l’éducation au Congo et essayant d’élaborer à partir de là de nouveaux référentiels normatifs pour dégager les priorités qu’il serait juste de mettre en avant dans un processus de re-médiations de ces injustices éducatives.

Ces questions une fois traitées, permettront de justifier la pertinence de la mise place du modèle du développement intégré, qui nécessite la prise en compte de plusieurs paramètres dont les plus importants, consistent à la reconnaissance des plusieurs identités du fait des situations diverses de chaque individu. Cette reconnaissance doit inclure des droits, se traduisant en législations, qui permettent à chaque individu, ou du moins à chaque communauté, de jouir de personnalités juridiques différenciées. C'est ce qui permettra de mettre en place un programme de développement différencié, selon les aspirations et les objectifs que les personnes ou les groupes d’appartenance se sont fixés.

Père Jacques KONGATUA
Thèse de doctorat à l’Université de Paris Est
et l’Université de Sorbonne Paris

Pèlerinage en Irlande

du mardi 16 au mardi 23 mai 2017

Illustration Illustration Illustration Illustration Illustration

Dix-huit pèlerins de nos paroisses sont partis, poussés par l’Esprit, vers l’Irlande, Terre de Chrétienté, d’Art et de Beauté.

Au fil de notre périple, à travers ce pays attachant chargé d’Histoire, attentifs les uns aux autres, nous avons appris à mieux nous connaître, à échanger et nous enrichir de nos différences.

Chaque jour nous était proposée une réflexion sur une parole de notre Pape François que le père Marc commentait suite aux questions qu’elle suscitait. Lors des messes journalières, nous adressions au Seigneur les nombreuses intentions de prières qui nous avaient été confiées. A plusieurs reprises, nous avons pu constater que l’icône de Notre-Dame du Perpétuel Secours nous accompagnait.

La découverte des nombreux monastères, abbayes, cathédrales nous rappelait le rôle joué par les Saints tels Patrick, Colomba, Brigitte et Kevin qui ont, par leur rayonnement, évangélisé non seulement l’Irlande mais aussi l’Europe. Notre pèlerinage nous a conduits à Knock, un des hauts lieux de l’Église catholique d’Irlande, que le Pape Jean-Paul II a visité en 1979 pour le centenaire de l’apparition, à 15 personnes, de la Vierge, de St Joseph, de St Jean l’Evangéliste et de Jésus sous la forme d’un Agneau. L’une d’entre nous, désirant garder le lien tissé avec l’Eglise d’Irlande, a offert des messes à nos paroisses qui seront dites à Knock une année durant.

Ce voyage nous a permis de contempler la beauté sauvage de la campagne irlandaise nous rappelant que nous devons préserver la nature que le Seigneur nous a confiée.

Un grand merci à notre curé Marc Piallat et à Bernadette Hardouin qui ont œuvré à l’organisation et à la pleine réussite de ce pèlerinage.

Marie-Elisabeth et Bernard Lecourt
 
 

Dimanche 21 mai 2017

Bientôt dans nos paroisses

 

Illustration

À tous qui priez, voulez prier, n'arrivez pas à prier, une semaine de prière accompagnée vous sera proposée dans notre ville en octobre 2017.

Maurice Bellet, un prêtre du diocèse, avait répertorié 17 manières de prier.
En suivant Saint Ignace, nous vous proposerons pendant une semaine de prier à partir de la Parole de Dieu. Il s'agit avant tout de prendre un moment chaque jour pour voir comment cette parole vous atteint au plus profond de vous-même, ou ne vous atteint pas. Cela peut vous paraître au moins au début un exercice difficile ! C'est pourquoi il ne s'agit pas d'une semaine de prière ordinaire, mais d'une semaine de prière ACCOMPAGNÉE.

Toute personne aura chaque jour un entretien avec un accompagnateur auquel il pourra exprimer ses ressentis, ses doutes, ses interrogations, ses sécheresses, ses découvertes.

L'accompagnateur sera là comme son nom l'indique, pour accompagner, marcher avec vous, ouvrir si besoin est, une porte, sans aucun jugement.

Vous pourrez alors goûter la Parole de Dieu qui rejoint chacun où il en est, dans ce qu'il fait, ce qu'il vit.

Cette expérience unique, se veut comme un cadeau, une chance.

Aussi réservez dès maintenant votre semaine du 9 au 14 octobre 2017 à Saint-Daniel.

Colette DUROSELLE
 
 

Dimanche 14 mai 2017

L'orgue de Sainte-Geneviève

 

Illustration

C’est au nom des Amis de l’orgue de sainte-Geneviève que je m’adresse à vous. Comme vous le savez sans doute l’orgue de Sainte-Geneviève date de 1893 et il fait partie du patrimoine culturel et cultuel de la ville.

Aujourd’hui l’orgue est en danger, ne peut jouer que quelques notes et ne pourrait plus émettre le moindre son d’ici quelques semaines. Imaginez-vous une messe, un mariage, une célébration sans orgue ? On dit pourtant que chanter c’est prier 2 fois !

Pour cela l’association des amis de l’orgue est structurée pour entretenir, rénover et valoriser l’orgue. Le montant des travaux est aujourd’hui de 200.000 euros et pourrait être plus important si on ne fait rien. Le soufflet qui est aujourd’hui maintenu par du scotch devra être remplacé très prochainement et le coût du replacement est de 10.000 euros.

Aujourd’hui, grâce à votre générosité nous avons déjà récoltés 60.000 euros, nous avons également fais des dossiers de subventions auprès de la Mairie (propriétaire de l’orgue mais qui ne peut pas dans l’immédiat couvrir les coûts), du Conseil Départemental et Régional. Nous sommes aussi à la recherche d’entreprises pour le mécénat et votre aide sera la bienvenue.

Vous pouvez nous aider aussi en donnant à l’association grâce aux bulletins qui vous seront remis à la sortie de la messe ou en vous rendant sur le site www.aborgue.com ou sur la page Facebook.

Pour rappel les dons sont défiscalisables à hauteur de 66%.

Tout au long de l’année l’association vous propose des événements autour de l’orgue, des concerts et des visites. Le prochain est le 14 mai : concert de musique de chambre au château.

Nous comptons sur votre générosité.

Et terminerai en citant Platon : "La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée".

Merci à tous

Les amis de l'orgue
 
 
 

Dimanche 7 mai 2017

Deux et même quatre hommes seront ordonnés prêtres

 

Père Julien Brissier

Je disais d'abord d'eux car deux sont connus de nos paroisses, il s'agit de Côme de Jenlis et Victor Vincelot qui ont été séminaristes à Asnières.
Ils vous invitent à leur ordination sacerdotale le samedi 24 juin prochain à 10h00 à la Cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre. Ils savent aussi qu'ils peuvent compter sur votre prière.

Ils nous feront la joie de venir célébrer leur première messe, mardi 27 juin à 19h00 à Notre-Dame du Perpétuel-Secours. Ce sera aussi pour nous la solennité en ce jour de fête patronale.

Les deux autres sont Philippe Saudraix en étude à Rome et Vincent Balsan issu du diocèse et qui sera ordonné pour les MEP (Missions Étrangères de Paris) avant de rejoindre la Chine.

Priez pour eux et pour les vocations sacerdotales dans nos familles et nos communautés !

Père Julien Brissier

Côme de JenlisPortrait de Côme de Jenlis.

Côme de Jenlis a vécu quelques années à Boulogne-Billancourt, Clamart et Dijon, mais c’est surtout à Meudon qu’il a la plus grandes parties de ses racines. Après un baccalauréat général à l’Institut Notre-Dame de Meudon, il entre en année propédeutique à la Maison Madeleine Delbrêl. Il suit ensuite le premier cycle de Philosophie au séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux. Après cela, il part un an en coopération à Hong-Kong grâce aux Missions Étrangères de Paris. À son retour, il reprend ses études en second cycle de Théologie au séminaire. Il a été en insertion dans les paroisses d’Asnières, de Courbevoie et de Bourg-la-Reine.

Phrase d’ordination : "Le Seigneur Dieu les illuminera." (Apocalypse 22, 5)

Victor VincelotPortrait de Victor Vincelot.

Victor Vincelot vient de Colombes. En 2009, il entre en année de fondation spirituelle à la Maison Madeleine Delbrêl, puis au séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux l’année suivante. Il a été en insertion dans les paroisses d’Asnières, Bourg-la-Reine et Garches. Au milieu de sa formation, il a l’occasion de passer un an au Maroc en tant que coopérant.

Phrase d’ordination : "C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous." (Jean 13,15)

Ordinations sacerdotales de Victor et Côme

Source: Diocèse de Nanterre sur YouTube